Le poisson zèbre

Un poisson zèbre en vadrouille

Alors comme ça Obama n’est pas assez à gauche, uh?

mai 15, 2008 Posted by | America | 9 commentaires

C’est (enfin) parti: Day 1

Je me prive de Christiano Ronaldo pour démarrer (enfin) cette « rétrospective » San Diego. Je ne sais pas si vous vous rendez bien compte de ma très grande abnégation en ce moment précis (en plus je réalise que je viens de rater le Lac Powell à cette émission que je ne regarde JAMAIS, des Racines et des Ailes. C’est le bouquet).

Alors voilà : du 12 au 16 avril s’est tenu à San Diego, Californie, le meeting annuel de l’American Association for Cancer Research. L’AACR fêtait ses 100 ans, j’étais obligée d’y aller, quand même.
L’AACR s’est donné pour mission de lutter contre le cancer par la promotion des connaissances, aussi bien sur le plan clinique que sur le plan de la recherche dite fondamentale. Cette association gère donc un nombre conséquent de publications à destination des médecins, des scientifiques, mais aussi du grand public et des malades, par l’intermédiaire de son site internet notamment. Et elle organise des dizaines de congrès par an, sur des thèmes variés, le congrès annuel étant la grande messe incontournable. Washington, Denver, San Francisco ou San Diego, le meeting annuel se balade selon les années.

Impossible de vous donner précisément le nombre d’inscrits (et présents !) lors de ces quelques jours à San Diego, mais on parle d’environ 20 000 personnes. Autant dire que vous pouvez parfaitement rater les gens que vous connaissez !! Pendant 4 jours et demi se sont donc succédées des sessions plénières, avec des intervenants généralement « célèbres » (en tout cas dans notre milieu !), des sessions un peu plus petites sur des sujets très spécifiques, et des sessions « posters », où les inscrits présentent leurs résultats à la communauté, sous forme de poster justement.

On verra que les sujets abordés sont très nombreux, et concernent aussi bien les dernières découvertes moléculaires que les dernières avancées en matière de prévention, de diagnostic et de traitements. Certaines sessions sont ouvertes aux patients ou aux représentants de leurs associations de malades, très organisées aux Etats-Unis.

Et puis dans les très gros congrès, comme celui-ci, il y a les sessions « ateliers » qui aident les chercheurs et les médecins à améliorer leur travail :
« comment écrire un projet qui va rafler des subventions », « comment établir des collaborations fructueuses et monter un réseau », « comment faire carrière lorsqu’on est une femme, ou issu d’une minorité, ou un petit jeune qui débarque ! » etc etc…
On est aux Etats-Unis, on est dans le règne du « how to » et « you can do it », et ma foi, je dois dire que j’y ai parfois appris certaines choses au fil des années.

A une heure donnée, vous avez donc plusieurs dizaines de sessions, qui durent quelques heures chacune. Vous avez donc intérêt à avoir établi votre programme à l’avance si vous ne voulez pas devenir chèvre ou vous transformer en jogger. Pour cela, vous aurez pris soin de préparer votre itinéraire avec le fantastique programme informatique dans lequel vous rentrez des mots-clés et vous choisissez vos interventions. Hop, en quelques secondes, le programme vous pond un petit itinéraire pour les 5 jours, passant par le maximum de points, en vous indiquant les conflits potentiels de lieux et d’horaires. Non mais vous ne croyez pas qu’il vont vous laisser venir en touriste !

Mais ne vous inquiétez pas, je ne vais pas tout vous raconter. J’essaierai néanmoins de tirer de petites choses intéressantes et des anecdotes de ces quelques jours !

En photo aujourd’hui, la magnifique et immense « salle » panoramique, dans laquelle les participants descendent des litres de Starbuck et avalent des cookies oatmeal raisin brand (super bons) ou des sushis et tacos (pas toujours terribles) entre deux sessions. C’est aussi dans cette salle que l’on trouve l’un des internet cafés du congrès, où l’on a droit qu’à 15 minutes de californian surf en cas d’affluence, et le service d’ordre est très sévère…

La suite demain.

avril 23, 2008 Posted by | America, Science et Recherche | 7 commentaires

Il y a 40 ans…

martin-luther-king-son.jpg

… disparaissait Martin Luther King.

Extrait de son dernier discours, la veille de son assassinat:

 

Eh bien, je ne sais pas ce qui va arriver maintenant. Nous avons devant nous des journées difficiles. Mais peu m’importe ce qui va m’arriver maintenant, car je suis allé jusqu’au sommet de la montagne.

Je ne m’inquiète plus. Comme tout le monde, je voudrais vivre longtemps. La longévité a son prix. Mais je ne m’en soucie guère maintenant. Je veux simplement que la volonté de Dieu soit faite.

Et il m’a permis d’atteindre le sommet de la montagne. J’ai regardé autour de moi. Et j’ai vu la Terre promise. Il se peut que je n’y pénètre pas avec vous. Mais je veux vous faire savoir, ce soir, que notre peuple atteindra la Terre promise. »

 

Les élections américaines ont remis Luther King à la mode, tant mieux. Ses discours ressortent en français: « Je fais un rêve : Les grands textes du pasteur noir », Editions Bayard.

avril 4, 2008 Posted by | America | 6 commentaires

Saint Patrick’s Day Special

obama.jpg

Pour le reste de la vie politique niçoise, tout est là, très bien expliqué.

mars 17, 2008 Posted by | America | 11 commentaires

Communauté de pensée

morrison.jpgjoan.jpg

Il y a quelque chose d’extrêmement satisafaisant à rencontrer jour après jour des gens que vous aimez, que vous estimez, personnellement ou professionnellement, des gens avec qui vous partagez des valeurs et une même façon de voir les choses, et qui vous disent qu’ils soutiennent le même candidat que vous aux élections municipales. C’est encore bien mieux quand vous voyez bien que ce n’est pas pour vous faire plaisir, mais par adhésion entière et véritable aux idées défendues par Patrick Mottard et sa liste « Nice Autrement ». Vous vous dites forcément: « Ce n’est pas un hasard si j’apprécie ces gens ».

J’ai la même impression de « communauté de pensée » lorque je vois qui soutient Barack Obama aux Etats-Unis. Joan Baez et Toni Morrison en sont deux exemples touchants pour moi. On ne présente plus la première, vous allez dire que c’est mon côté hippie qui ressort mais tant mieux. Quant à Toni Morrison, prix Nobel de littérature, si vous ne la connaissez pas encore, courez acheter ses livres, même s’ils sont un peu déroutants dans leur style et leur construction. Mais faites un effort, c’est un monument incontournable. Vous allez souffrir, les thèmes sont durs, mais c’est l’un des écrivains américains qui sait le mieux accéder à la noirceur comme à la beauté des âmes.

Bref, ça me fait plaisir de vois que ces deux grandes dames ont choisi Obama.

Voici des extraits de leur soutien:

Toni Morrison

Dear Senator Obama, this letter represents a first for me–a public endorsement of a Presidential candidate. I feel driven to let you know why I am writing it. One reason is it may help gather other supporters; another is that this is one of those singular moments that nations ignore at their peril. I will not rehearse the multiple crises facing us, but of one thing I am certain: this opportunity for a national evolution (even revolution) will not come again soon, and I am convinced you are the person to capture it.

Joan Baez

I have attempted throughout my life to give a voice to the voiceless, hope to the hopeless, encouragement to the discouraged, and options to the cynical and complacent. From Northern Ireland to Sarajevo to Latin America, I have sung and marched, engaged in civil disobedience, visited war zones, and broken bread with those who had little bread to break. Through all those years, I chose not to engage in party politics. Though I was asked many times to endorse candidates at every level, I was never comfortable doing so. At this time, however, changing that posture feels like the responsible thing to do. If anyone can navigate the contaminated waters of Washington, lift up the poor, and appeal to the rich to share their wealth, it is Sen. Barack Obama. If anyone can bring light to the darkened corners of this nation and restore our positive influence in world affairs, it is Barack Obama. If anyone can begin the process of healing and bring unity to a country that has been divided for too long, it is Barack Obama. It is time to begin a new journey.

Source barackobama.com

Pour rappel, le nouveau site de Nice Autrement avec Patrick Mottard, ici.

mars 2, 2008 Posted by | America, Coups de coeur | 3 commentaires

One more!

060922_barackobama_xtrawide.jpg

Hé hé hé… Rien que de penser à tous ces français tellement dégoûtés, tellement paniqués de voir Barack Obama gagner (allez faire un tour dans certains éditos du Monde ou sur les libés blogs, c’est fascinant, psychologiquement parlant), et bien je me marre.

Les détails du vote d’hier dans le Wisconsin :

Et oui Obama fait un carton chez les jeunes, comme d’habitude! (par contre, sérieux avantage d’Hillary chez les personnes âgées)

Et non Hillary n’a pas le soutien sans faille des « gens éduqués » contrairement à ce qu’on entend tout le temps! (bingo pour Obama chez toutes les populations, et encore plus chez les diplômés)

Et non ce n’est pas Barack qui attire le plus les bigots qui nous font rigoler! Parmi ceux qui ne vont jamais à l’église, les pro-Obama sont les plus nombreux!

Bon allez, « Au suivant! » comme dirait le grand Jacques.

Les stats du vote, ici

février 20, 2008 Posted by | America | 6 commentaires

Maintenant!

barack-obama.jpg

Je ne pouvais pas laisser passer un jour comme aujourd’hui. J’ai parlé de Barack Obama plusieurs fois sur ce site, et particulièrement le 12 avril 2007.
D’accord, il n’a remporté pour l’instant qu’une petite primaire dans un état du middle-west, l’Iowa.
On dit qu’il est trop jeune, qu’il est trop naïf de vouloir une protection de santé et une éducation pour tous.
On dit qu’il est trop idéaliste, parce qu’il veut rassembler tous les américains malgré leurs différences.
On dit aussi que c’est trop tôt pour que l’Amérique se choisisse un noir comme président.
Et pourtant l’Iowa compte 94% de blancs.

Non ce n’est pas trop tôt. C’est maintenant que ça peut se passer.

La vidéo du discours d’Obama hier soir en Iowa, sur barackobama.com

janvier 4, 2008 Posted by | America | 19 commentaires

François Olislaeger, « My trip to Connecticut »

carton1.gif

Quand on est auteur de BD, on ne s’embête pas à faire un bête album photos quand on part en voyage. On fait des dessins comme François Olieslager qui a fait son « trip au Connecticut ». Des tonnes de dessins tous plus chouettes les uns que les autres, en noir et blanc ou en couleurs,

décembre 13, 2007 Posted by | America, Peinturlurage | 5 commentaires

Avis de brise d’air pur venant de l’ouest

indexasp.jpeg
Lorsque tout ou presque vous déprime ici, vous pouvez tendre l’oreille vers les States, qui, bien souvent, ne correspondent pas aux clichés réducteurs que l’on s’en fait…Sarko, t’es pas pro-américain, t’es juste pro-fric.

« LA NOUVELLE PRESIDENTE D’HARVARD REFUSE DE METTRE L’UNIVERSITE AU SERVICE DE L’ENTREPRISE

Drew Gilpin Faust, première présidente de l’université d’Harvard, a pris ses fonctions vendredi 12 octobre 2007 avec un discours offensif de défense des valeurs de l’enseignement supérieur qui seraient menacées par les exigences d’évaluation des enseignements et l’obligation de former la main-d’oeuvre destinée à une économie
mondialisée. Selon la présidente, « l’essence même de l’université est qu’elle est comptable vis-à-vis du passé et du futur, pas simplement et pas même en premier lieu, vis-à-vis du présent ».

Pour Drew Gilpin Faust, historienne de formation et ancienne directrice du Radcliffe Institute for Advanced Study, « l’université, ce n’est pas seulement les résultats financiers du prochain trimestre. Ce n’est même pas ce qu’un étudiant est devenu au moment de la remise de son diplôme. Il s’agit d’un enseignement qui modèle à vie, un enseignement qui transmet l’héritage des millénaires, un enseignement qui façonne l’avenir. » Elle s’est clairement et fortement opposée dans son discours aux tentatives de l’État fédéral de rendre les universités comptables de ce qu’elles enseignent en essayant de le quantifier. Elle en a appelé aux universités afin qu’elles « prennent l’initiative en définissant elles-mêmes ce dont elles sont comptables ».

DIVERSIFIER LES EFFECTIFS

Son discours inaugural a également apporté une défense ferme du rôle traditionnel de l’université qui est « l’organisatrice d’une tradition vivante », mais aussi un lieu « pour les philosophes autant que pour les scientifiques », où l’enseignement et la connaissance sont valorisés en partie « parce qu’ils définissent ce qui, à travers les siècles, a fait de nous des humains et pas parce qu’ils peuvent améliorer notre compétitivité mondiale ».

Elle a en outre signalé sa volonté de rendre l’enseignement à Harvard « disponible et accessible », et de diversifier les effectifs de l’université : « Ceux qui regrettent un âge d’or perdu de l’enseignement supérieur devraient penser à la partie très limitée de la population à qui cette utopie était destinée. L’université était
réservée à une petite élite; désormais, elle sert les masses, pas seulement quelques privilégiés. » Elle ajoute que les universités américaines ont servi « à la fois d’emblème et de moteur pour l’expansion de la citoyenneté, de l’égalité et des chances accordées aux Noirs, aux femmes, aux Juifs, aux immigrants et à d’autres groupes qui auraient été mis dans des quotas voire exclus à des époques antérieures ». Même si elle a axé son discours sur les idées, Drew Gilpin Faust n’a pas oublié de rappeler qu’il était indispensable qu’Harvard soit à la pointe de la recherche scientifique mais que cela ne devait pas se faire au détriment des valeurs humanistes de l’établissement: « Il est urgent pour nous de poser les questions d’éthique et de sens de notre action qui nous permettront de nous confronter à la signification humaine, sociale et morale de notre relation changeante avec le monde qui nous entoure. »

Source: « The New York Time » du 13 octobre 2007, http://www.nytimes.com

novembre 27, 2007 Posted by | America, Science et Recherche | 5 commentaires

11 septembre, PZ

Avant de partir pour 15 jours, une petite vidéo 11 septembre, la mienne. Pas d’écran aujourd’hui, car elle était trop longue pour rentrer chez Youtube. A bientôt!

octobre 23, 2007 Posted by | America | 12 commentaires