Le poisson zèbre

Un poisson zèbre en vadrouille

Kentucky blues


Il y a près de 20 ans, j’ai passé un été à Louisville, Kentucky. Grâce à une bourse de ma ville universitaire d’alors, Montpellier, j’ai travaillé plus d’un mois dans une entreprise de chimie où je devais traduire des notices techniques de l’anglais au français, à destination de leurs succursales canadiennes.
Même si j’avais plusieurs fois séjourné aux Etats-Unis les années précédentes, ces semaines au Kentucky ont été très spéciales et m’ont sans doute marquée d’une façon toute particulière.

C’est notamment la première fois que j’ai réalisé que, contrairement à ce qu’on entend tout le temps, si les américains sont sympas au premier abord, ce n’est pas parce qu’ils sont « intéressés » (le leitmotiv européen radoté sans relâche de Stockholm à Nice).

Si c’était vrai, comment expliquer le premier contact avec le chauffeur de mon bus, avec qui j’ai discuté tous les jours par la suite, et dont je me souviens encore? Comment raconter l’accueil des gens de la boîte et les grosses parties de rigolade?

Comment oublier les concerts, les magasins de musique où j’ai découvert ceux qui allaient devenir mon groupe préféré, à savoir R.E.M., et puis les babas cool du coin, dont ma « famille d’accueil du week-end » qui se limitait à une avocate géniale fan des Grateful Dead et du Creedence Clearwater, qui arbora fièrement le minable Tshirt Tye-Dye que je lui ramenai l’année suivante?

Comment oublier le responsable des pompiers qui, TOUS LES MATINS, me rappelait de lui envoyer une caisse de Coca français, « parce que figurez-vous que le Coca-Cola n’a pas le même goût partout! » (je sais maintenant que ça vient plus du sucre utilisé que de la nature de l’eau…).

Mais le Kentucky c’est compliqué. C’est déjà le Sud, c’est la grande classe au « Meat Market », la boîte à la mode où les filles de 20 ans rivalisent de vulgarité dans leurs robes de pouffes et leurs maquillages Dallassiens. C’est la dame qui attend le bus et qui me dit « ah oui, Paris, la France… c’est où déjà, en Floride non? ».
Ce sont les relents racistes, très racistes même, qui font qu’une personne adorable, qui partage son travail, ses soucis et ses joies avec des collègues noires au travail, est capable d’interdire à son fils de fréquenter une « négresse », si tant est qu’il en aurait eu l’idée en étant élevé dans cette charmante famille.

Le Kentucky, terre de chevaux et de poissons chats, est un terrible mélange mais c’est aussi ça l’Amérique, en tout cas une partie.
Pourquoi je vous parle de ça aujourd’hui? A cause du vote démocrate je suppose, à cause du meeting de la National Rifle Association à Louisville, où les candidats républicains ont dégommé du démocrate comme au stand de tir de la foire. Et pourtant on ne peut pas faire sans le Kentucky, ou sans aucun autre état de l’Union.

En partant, je vous laisse avec le Boss, qui a décidé de rendre public son soutien à Obama car
« He has the depth, the reflectiveness, and the resilience to be our next President. He speaks to the America I’ve envisioned in my music for the past 35 years, a generous nation with a citizenry willing to tackle nuanced and complex problems, a country that’s interested in its collective destiny and in the potential of its gathered spirit. A place where « …nobody crowds you, and nobody goes it alone. »


(la suite sur le site de B. Springsteen: http://www.brucespringsteen.net/news/index.html )

Encore une fois, je suis profondément émue de voir que quelqu’un qui a bercé (au vrai sens du terme) tant de mes années de lycée et de facs soit aux côtés du phénomène Obama.

Désolée pour Woody Guthrie, mais je préfère la version du Boss, de « This land is your land » (les paroles sont dans le premier commentaire).

mai 21, 2008 - Posted by | Uncategorized

7 commentaires »

  1. THIS LAND IS YOUR LAND
    words and music by Woody Guthrie

    Chorus:
    This land is your land, this land is my land
    From California, to the New York Island
    From the redwood forest, to the gulf stream waters
    This land was made for you and me

    As I was walking a ribbon of highway
    I saw above me an endless skyway
    I saw below me a golden valley
    This land was made for you and me

    Chorus

    I’ve roamed and rambled and I’ve followed my footsteps
    To the sparkling sands of her diamond deserts
    And all around me a voice was sounding
    This land was made for you and me

    Chorus

    The sun comes shining as I was strolling
    The wheat fields waving and the dust clouds rolling
    The fog was lifting a voice come chanting
    This land was made for you and me

    Chorus

    As I was walkin’ – I saw a sign there
    And that sign said – no tress passin’
    But on the other side …. it didn’t say nothin!
    Now that side was made for you and me!

    Chorus

    In the squares of the city – In the shadow of the steeple
    Near the relief office – I see my people
    And some are grumblin’ and some are wonderin’
    If this land’s still made for you and me.

    Chorus (2x)

    ©1956 (renewed 1984), 1958 (renewed 1986) and 1970 TRO-Ludlow Music, Inc. (
    BMI)

    Commentaire par Rédaction | mai 21, 2008

  2. Et Obama a gané les primaires: Le Kentucky était le dernier état de la « Clinton Belt » à ne pas avoir voté, les arguments de Clinton sur « sa victoire en nombre de voix » tombent un peu à plat (Il n’y avait pas de bulletins Obama durant la primaire annulée du Michigan, et Obama n’a pas fait campagne en Floride au nom d’une discipline de parti qui tend à se raréfier), et à 70 délégués de la nomination, les jeux sont fait.

    Mais sur les questions de racisme et de couples mixes, c’est également plus compliqué que cela: Je te rappelle que Jefferson (lui aussi originaire des Apalaches), qui se déclarait en public contre les mariages mixes, tout en ayant toujours pris fait et cause pour les abolitionnistes, ni de vivre et de faire 7 enfants avec une noire.

    Commentaire par Laurent Weppe | mai 21, 2008

  3. et hop, quand on parle du loup…les R.E.M aussi:
    http://www.nme.com/news/rem/35010

    et John Mellencamp aussi (lui aussi découvert lors de mon séjour au Kentucky):
    http://www.latimes.com/entertainment/news/la-et-cause24apr24,0,1720264.story

    tous ces artistes qui ont toujours défendu les « petits blancs pauvres » comme dit Hillary, ont choisi Obama. Chuis contente, mais alors contente!!! (bon, sauf McMurtry, mais il dit lui-même qu’il a voté quasiment en tirant à pile ou face, on lui pardonne…).

    Commentaire par Rédaction | mai 22, 2008

  4. ET HOP,
    pour une fois, une itw de Stipe (chanteur des REM) traduite en français:
    http://videos.leparisien.fr/video/iLyROoafY8ni.html

    (moi je te demanderais bien des tas de choses Michael tu sais… bon j’rigole, c’est l’euphorie).

    Commentaire par Rédaction | mai 22, 2008

  5. Bien d’accord avec toi, Clotilde : les States c’est beaucoup plus compliqué que l’image qu’en renvoient certains Européens qui généralement ne connaissent pas les Américains. Je ne supporte plus les réflexions du style « ils sont intéressés, ils sont superficiels… ». Et je vais te dire, même si c’était le cas, qu’est-ce que c’est agréable d’être dans un pays où les gens ont toujours un petit mot sympa pour les autres et notamment les étrangers. On comprend la déception des Américains quand ils viennent à Paris ou sur la Côte d’Azur : y a pas photo !

    Et merci pour « This land is your land ». Après Bruce, je me suis quand même repayé un petit coup de Woody Guthrie…

    Commentaire par Dominique Boy-Mottard | mai 22, 2008

  6. Superbe ce petit coup de projecteur…les jeunes femmes aussi sont accessibles à la nostalgie!

    Commentaire par Patrick Mottard | mai 23, 2008

  7. Tiens, et un article sur ce sujet:

    http://www.salon.com/opinion/walsh/election_2008/2008/05/24/current_racism/

    Commentaire par Laurent Weppe | mai 24, 2008


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :