Le poisson zèbre

Un poisson zèbre en vadrouille

Le papa d’Aldo est mort

images.jpg

Je ne l’ai appris qu’hier, mais Julien Gracq est mort et ça me fait quelque chose. Lorsque j’étais au lycée, nous avions évidemment des tas de livres à lire, dont de grands classiques de la littérature française. Pour autant, il ne m’en est pas resté un goût immodéré pour Balzac, Stendhal ou autres Flaubert (oui, je sais bien, personne n’est parfait hein). Mais deux ou trois autres auteurs se sont alors imposés pour longtemps dans mon panthéon personnel. Julien Gracq fait partie de ceux-là, à cause du “Rivage des Syrtes” évidemment.

Le Rivage des Syrtes, c’est l’histoire d’une décision, d’un abcés crevé et du refus de la torpeur, de l’ennui et de la fatalité. Même si, en l’occurrence, le refus d’Aldo déclenche la guerre contre le Farghestan.
N’écoutez pas les gens qui vous disent que c’est “un peu pareil que le Désert des Tartares”. Le Rivage des Syrtes, c’est beaucoup mieux.

Depuis le 22 décembre, Aldo est parti rejoindre les Lorenzaccio, Dimitri Karamazov et Alexis Zorba, dans la grande cariole des impétueux et fougueux qui nous ont aidé à grandir et qui nous aident à vivre, rien que ça.

janvier 3, 2008 - Posted by | Uncategorized

5 commentaires »

  1. Entièrement d’accord avec toi : je préfère le roman de Gracq à celui de Buzzati même si j’ai apprécié « Le désert des tartares ». Il faut dire que les thématiques sont proches.

    J’adore l’écriture de Gracq et comme j’aime faire partager les choses que j’aime, j’ai toujours un exemplaire neuf du Rivage des Syrtes (qu’on ne trouve qu’aux éditions José Corti… ou à la Pléiade) pour l’offrir à un éventuel ami qui ne l’aurait pas lu. Il n’y a plus qu’à utiliser le coupe-papier pour découvrir les pages… un plaisir de plus…

    Pour ceux qui ne connaîtraient pas, et pour leur donner envie, je ne résiste pas, voici la dernière phrase du roman :

    « Je marchais le coeur battant, la gorge sèche, et si parfait autour de moi était le silence de pierre, si compact le gel insipide et sonore de cette nuit bleue, si intriguants mes pas qui semblaient poser imperceptiblement au-dessus du sol de la rue, je croyais marcher au milieu de l’agencement bizarre et des flaques de lumière égarantes d’un théâtre vide – mais un écho dur éclairait longuement mon chemin et rebondissait contre les façades, un pas à la fin comblait l’attente de cette nuit vide, et je savais pour quoi désormais le décor était planté. »

    Commentaire par Dominique Boy-Mottard | janvier 4, 2008

  2. ça c’est rigolo!
    Quand on parle de « relire les livres », je crois que ce n’est pas un mythe ou un snobisme. « Le rivage des syrtes » fait partie des bouquins que j’ai effectivement relu plusieurs fois (plus de 2 disons), avec quelques autres comme « Les frères Karamazov », « Alexis Zorba », « Voyage au bout de la nuit », « Les clochards célestes », ou encore « Au bout du monde » (de TC Boyle, moins connu celui-là). Et tu sais quoi? Je l’ai recommencé hier soir!

    Commentaire par Clotilde | janvier 4, 2008

  3. Je l’ai moi aussi relu plusieurs fois. La dernière fois n’est pas si lointaine : je vais attendre un peu avant de m’y remettre. Je t’envie de l’avoir recommencé hier soir !

    Commentaire par Dominique Boy-Mottard | janvier 5, 2008

  4. Je ne l’ai pas lu mais votre notes et les commentaires me donnent très envie !
    J’étais à Nantes au moment de sa disparition et là-bas, un hommage particulier lui a été rendu.
    Je m’apprêtais au retour à passer commande de « La forme d’une ville » mais je vais sans doute commencer par « Le rivage des syrtes ». Merci de cette Note.

    Commentaire par Louis-Paul | janvier 15, 2008

  5. Je suis sûre que vous allez aimer! 🙂

    Commentaire par lepoissonzebre | janvier 16, 2008


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :