Le poisson zèbre

Un poisson zèbre en vadrouille

Banlieue Triptyque #3B: Roland Castro

4-villeneuve-la-garenne1.jpg

Suite d’hier:

Voilà peut-être ce qui m’a le plus plu dans le bouquin de Roland Castro:

« Du temps de la mission Banlieue 89 (« sous » Mitterrand, ndlr), lors des comités interministériels, chacun campait sur ses positions et se référait à son administration, sans aucun esprit de transversalité. La prédominance des questions sociales, en particulier celle du chômage, conduisait à penser que l’urbanisme n’était que pur esthétisme. »

Cela m’a plu car je crois effectivement que la transversalité est le nerf de la guerre, au moins autant que l’argent. C’est vrai pour l’urbanisme et c’est vrai pour bien d’autres choses (justement, puisque c’est transversal). Attention, la droite l’a bien compris, dans sa politique pour la recherche et l’innovation par exemple. Sauf que comme elle fait évidemment une politique de droite, ça ne convient pas à tout le monde, et en particulier à moi! Passons, fin de la parenthèse.

Alors, quelles solutions pour la banlieue? Selon Roland Castro, les années 80 se sont malheureusement caractérisées par une politique « misérabiliste, de courte vue, dite de réhabilitation, qui n’envisage aucunement de toucher à la morphologie ou à la monofonctionnalité de ces quartiers ». La loi SRU de 2000 partait d’un bon sentiment mais a vite montré ses limites, car, d’après l’auteur, « la mixité ne se décrète pas » et « cette loi ne faisait que répartir l’inquiétude ». Quant au mouvement HLM, il est « composé de héros, d’hommes tranquilles ou de profiteurs » selon les cas, ce qui aboutit à des situations très contrastées.  

Depuis 2004, Jean-Louis Borloo a « inventé », au sein de l’ANRU, le guichet unique pour rénovation et notamment pour la démolition/reconstruction des grands ensembles, ce qui est un premier pas dans le bon sens de la prise de conscience. Malheureusement, il aurait été beaucoup plus fécond d’après Roland Castro, de privilégier le remodelage, et, dans tous les cas, de reconstruire AVANT de démolir!! Par ailleurs, « l’idéologie des petites maisons, mangeuses d’espace et qui ne produisent aucune urbanité, est une réponse de politicien dogmatique frôlant la démagogie. La petite maison fait rêver l’électeur tandis que le collectif le fait fuir ».

On peut faire mieux? Outre l’idée de multiplier les « centre-ville » dans les grandes villes, et de développer les liaisons transversales inter-banlieues (comme le tramway Saint-Denis-Bobigny), les propositions de Castro s’organisent en dix points, parmi lesquelles sont privilégiés le désenclavage et l’ouverture (on ne travaille pas que pour la banlieue mais pour la ville), le redécoupage en espaces publics, semi-publics et privés, la redensification par ajout de bâtiments plus petits (qui casse les grandes échelles des tours et crée « de la ville »), la diversification (pour le « je sais où j’habite »), l’embellissement, l’intervention personnalisée à l’intérieur des logements et la volonté de transformer non pas pour de simples raisons esthétiques mais pour de l’habitat (jardin d’hiver, terrasses, balcons etc…). Ces propositions ont été concrétisées à Rouen et à Villeneuve-la-Garenne, avec succès semble-t-il, puisque ces banlieues n’ont pas connu les émeutes de 2005.

Dans le troisième post, on verra que ceci ne peut marcher que dans le cadre d’une politique globale de la ville et du pays, transversale donc.

« Faut-il passer la banlieue au Kärcher? », Roland Castro, aux Editions de l’Archipel, 12 Euros (pas cher pour ce que c’est).

mai 18, 2007 - Posted by | Uncategorized

4 commentaires »

  1. Euh le prénom de Castro c’est pas Fidel ?

    Commentaire par le chat du rabbin | mai 18, 2007

  2. sa thèse je la connais par archi/urbaniste interposé depuis les années 70/80.
    elle est excellente et c’est la seule qui soit viable. Malheureusement tant qu’elle n’est pas appliquée elle reste utopique-réaliste.

    Commentaire par Annie | mai 18, 2007

  3. c’est d’ailleurs le nom du parti « utopie concrète ». Je pense que Castro, quoi qu’on en pense, est un de ceux qui depuis plusieurs années déjà parle de la nécessité d’un renouvellement de la gauche, sans qu’il ne se traduise par un virement à droite. Il a le mérite de faire des propositions.

    Commentaire par Antoine | mai 18, 2007

  4. Antoine, je vais parler de son « programme » aujourd’hui ou demain, dans la partie 3C.
    Le Chat, c’est pas bientôt fini de faire l’andouille? 🙂

    Commentaire par lepoissonzebre | mai 19, 2007


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :