Le poisson zèbre

Un poisson zèbre en vadrouille

Dessin à la souris

Dessin à la souris
J’ai longtemps dessiné avec un crayon, des couleurs et du papier, mais depuis peu, j’essaie de faire des trucs avec mon ordinateur. Je n’ai pas de palette graphique, alors tout est à la souris (pfffiou, une palette graphique, ce serait quand même pas du luxe).
J’ai eu envie de faire ce montage un soir où je rentrais dans ma famille en Ardèche, en écoutant les Neville Brothers dans la voiture. J’ai remarqué que beaucoup de nos idées naissent dans les voitures et en musique.

Lien de la vidéo chez dailymotion: http://www.dailymotion.com/video/xuc64_healing-chant

janvier 10, 2007 - Posted by | Peinturlurage

6 commentaires »

  1. Puisque la souris aime les couleurs, nous aimerons la souris.

    La voiture comme source d’inspiration, c’est vrai. Je me souviens d’une émission de télévision où l’on interviewait quelqu’un en train de conduire, il disait moins de banalités que dans un studio.
    Pour ma part, les idées foisonnent encore plus en courant (mais seul et après le 7ème kilomètre) en marchant (mais seul et en montagne) et en repassant (mais seul et avec une montagne de linge)
    Bon vent à ton blog.

    Commentaire par Claudiogène | janvier 10, 2007

  2. et puis en faisant des longueurs de piscine aussi!
    En tout cas merci Claudiogène! Si j’en crois ton propre blog, question couleurs, tu n’es pas en reste non plus! 😉

    Commentaire par Clotilde | janvier 10, 2007

  3. Tu as raison pour les idées, Clotilde. J’ai quelques souvenirs de choses apparues comme ça en voiture et que j’ai – parfois – concrétisées. Par contre, même si j’avais ressenti ce que toi tu as éprouvé en écoutant les Neville Brothers, je ne crois pas que j’aurais pu faire ce montage, avec ou sans palette graphique… Grand bravo.

    Commentaire par Dominique | janvier 10, 2007

  4. « J’ai longtemps dessiné avec un crayon… »
    Le rythme de ce début de texte a réveillé avec bonheur, dans ma mémoire, Baudelaire et « la vie antérieure ».
    Certains plaisirs dépendent de si peu.

    « J’ai longtemps habité sous de vastes portiques
    Que les soleils marins teignaient de mille feux,
    Et que leurs grands piliers, droits et majestueux,
    Rendaient pareils, le soir, aux grottes basaltiques.

    Les houles, en roulant les images des cieux,
    Mêlaient d’une façon solennelle et mystique
    Les tout-puissants accords de leur riche musique
    Aux couleurs du couchant reflété par mes yeux.

    C’est là que j’ai vécu dans les voluptés calmes,
    Au milieu de l’azur, des vagues, des splendeurs
    Et des esclaves nus, tout imprégnés d’odeurs,

    Qui me rafraîchissaient le front avec des palmes,
    Et dont l’unique soin était d’approfondir
    Le secret douloureux qui me faisait languir. »

    Commentaire par Claudiogène | janvier 11, 2007

  5. Merci à tous les deux!

    Commentaire par Clotilde | janvier 11, 2007

  6. c trés bien fé

    Commentaire par Anonyme | août 18, 2008


Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :